1 avr. 2012

 
 


le deuxième jour à six heures trente du matin. je regardais la lumière de l'aube, depuis mon lit dans notre chambre d'hôtel au vingt-troisième étage. la mer était calme, la ville semblait si paisible. deux heures après, nous longions à vélo la plage de Copacabana vers Ipanema. dans la douceur matinale, le thermomètre de la ville affichait déjà vingt-quatre degré. les rayons du soleil caressaient ma peau nue juste au dessus de mes épaules. je riais, je m'amusais à lever mes jambes au dessus du guidon à en perdre parfois l'équilibre. à droite de la plage, côte à côte, nous observions ces innombrables immeubles de luxe dressés sur fond de favelas accrochées à flanc de colline. on croisait des cariocas faisant leurs promenades sportives. en remontant vers Ipanema, l'une des plages de Rio où la jeunesse branchée si retrouve. nous découvrions une toute autre atmosphère plus luxieuxe, très chic avec ses boutiques. nous avons rejoint le panton du lac de Rodrigo de Freitas et avons siroté une délicieuse ugua de coco (eau sucrée de noix coco verte). je regardais au loin le Corcovado sous les nuages pendant que mon homme nageait. assise sur le ponton, je ne pensais à rien d'autre. j'appréciais juste cet instant,  cet endroit, cette jolie parenthèse au bout du monde.

1 commentaire :

  1. oh veinarde!
    je ne sais pas ce que je donnerai pour une coco gelado!!

    RépondreSupprimer